Il y a longtemps, vivait un empereur dans le grand empire chinois. Il était très riche. Tout son palais était fait de porcelaine précieuse. Le jardin de son palais était si grand qu’on pouvait facilement s’y perdre. Les gens venaient du monde entier pour s’émerveiller devant les fontaines majestueuses et la splendeur des couleurs de milliers de plantes et de fleurs. Une fois arrivés dans la forêt, ils entendirent le chant d’un rossignol. Cet oiseau avait un chant d’une beauté enchanteresse. Si beau, en fait, qu’il laissait les gens sans voix.

Des livres de voyage ont été écrits sur la beauté du palais et du jardin. Un jour, l’empereur reçut un livre rempli de compliments sur le palais et le jardin. L’empereur laissa échapper un rire triomphant, car il avait bien fait. Mais ensuite, il lut :

« Le palais et le jardin sont certainement la plus belle chose que j’ai jamais vue, mais la voix d’or du rossignol surpasse tout ».

L’empereur fut choqué et le livre lui tomba des mains. Il n’avait aucune idée qu’un rossignol vivait dans son jardin, et encore moins qu’il était si spécial. Il appela son plus haut serviteur. Trouve ce rossignol pour moi aujourd’hui ! Le plus haut serviteur s’empressa de partir, car lorsque l’empereur était grognon, c’était le mieux qu’on pouvait faire. Il interrogea tout le monde dans le palais sur l’existence du rossignol. Personne ne le savait, sauf la servante de la cuisine. Elle a emmené le serviteur à l’endroit où l’on pouvait entendre l’oiseau chanter. Le rossignol n’était pas un oiseau impressionnant à voir, mais le serviteur appréciait sa belle voix. Il demanda au rossignol s’il voulait bien chanter pour l’empereur au palais. Le rossignol promit de le faire.

Ce soir-là, le rossignol chanta pour l’empereur. L’empereur était ému et des larmes coulaient sur ses joues. Tu chantes si bien », dit l’empereur. Comment puis-je vous récompenser ? Le rossignol ne le jugea pas nécessaire. La vue des larmes de l’empereur était le plus beau des cadeaux pour lui. L’empereur ne laissa plus partir le rossignol après cela. Chaque soir, le rossignol devait chanter pour lui. Jusqu’au jour où un colis arriva pour l’empereur.

Dans le colis se trouvait un oiseau d’or. C’était une belle œuvre d’art avec une boîte à musique à l’intérieur. La musique qu’il faisait sonnait, eh bien, comme de la musique aux oreilles de l’empereur. L’empereur n’en avait jamais assez et l’écoutait continuellement. Cela rendait la fuite du rossignol très facile.

Bien que le rossignol ait manqué à l’empereur, le serviteur parvint à le convaincre qu’un tel oiseau doré avait un statut bien plus important. Non seulement le serviteur, mais aussi les gens ont réussi à convaincre l’empereur qu’un tel oiseau doré était beaucoup plus prestigieux.

Le faux oiseau fut autorisé à chanter constamment pour l’empereur. Mais un jour, il resta silencieux. L’empereur envoya des gens du monde entier pour la réparer, mais la boîte à musique refusait toute chanson.

Le roi resta seul dans son lit, inconsolable et mort de chagrin.

L’empereur n’était pas encore mort, mais il était allongé et fixait un homme au pied de son lit. L’homme se présenta comme la Mort. Je suis venu te chercher », dit-il d’une voix grave. L’empereur entendait des voix. Il entendait tout ce qu’il avait fait de bien et de mal dans sa vie. Surtout les mauvaises choses qu’il trouvait terribles à entendre. Il était tellement désolé que la Mort prit la fuite.

Sur le rebord de la fenêtre, le rossignol chantait et l’empereur se sentait de mieux en mieux. « Je sais que c’est grâce à vous », murmura-t-il. Le rossignol promit de venir chanter tous les jours pour l’empereur et de lui raconter les événements du pays. Il pourrait s’en servir pour devenir un meilleur souverain. Mais cela restera notre secret », ajouta l’oiseau. L’empereur lui promit.

Le lendemain matin, le serviteur entra dans la chambre de l’empereur. pour faire ses adieux. Il fut choqué de voir l’empereur assis là et le saluant gentiment par « Bonjour ! ».

0Shares
0 replies on “Le rossignol”