Père Frost

Il était une fois un mari et une femme qui avaient une fille adorable. Elle s’appelait Natasha. Peu de temps après le décès de la mère de Natasha, son père se remaria. Sa nouvelle belle-mère avait déjà deux filles. Natasha fut ravie d’avoir non seulement une nouvelle mère, mais aussi deux sœurs.

Malheureusement, Natasha découvrit rapidement que sa belle-mère et ses filles n’étaient pas gentilles du tout. Elles la laissaient faire tout le travail difficile et ne faisaient rien elles-mêmes. Le père de Natasha le remarqua bien sûr, mais il ne pouvait pas aller à l’encontre des souhaits de sa nouvelle épouse. Natasha était malheureuse, mais elle ne le laissait pas paraître. Elle essayait toujours de rendre tout le monde heureux.

Par une froide et glaciale journée, avec des mètres de neige à l’extérieur et des glaçons accrochés au toit, la belle-mère dit à son mari : « Il est temps de trouver un mari pour Natasha. Demain, tu sortiras avec le traîneau et tu l’emmèneras avec toi. » Ces mots rendirent Natasha très heureuse car elle n’était pas heureuse à la maison et aurait aimé épouser un homme gentil.

Le lendemain matin, Natasha enfila ses plus beaux vêtements et descendit. Elle prit avec elle un petit sac à main avec ses biens les plus précieux. Elle était si belle et si douce ! La marâtre et les sœurs étaient jalouses d’elle, malgré le fait que leurs vêtements et leurs bijoux étaient bien plus beaux. Alors la marâtre dit à son mari : « Ecoute bien. Tu dois amener Marfoeskja sur la grande colline dans la forêt. Là, tu dois la laisser près du grand pin. Son fiancé ira la chercher là-bas. Je veux qu’elle épouse le Père Frost. »

Oh, ce plan diabolique effraya tellement son mari et Marfoeskja ! Mais ils se mirent en route et après un moment, ils arrivèrent au grand pin. Il se mit à neiger de plus en plus fort tandis que Marfoeskja se rassit sous l’arbre. Son père lui fit ses adieux en pleurant et rentra chez lui.

Natasha avait de plus en plus froid alors qu’elle était assise toute seule dans la forêt hivernale. Soudain, elle a entendu un bruit, de plus en plus proche. On aurait dit que quelqu’un sautait d’arbre en arbre. C’était le givre qui se rapprochait…

Rapidement, Natasha a entendu le même son, maintenant juste au-dessus d’elle, du haut d’un pin. Soudain, il fit encore plus froid. Puis une voix s’éleva : « Ma douce, as-tu assez chaud ? » Natasha pouvait à peine parler tellement elle avait froid, mais elle murmura : « Oui, Père Frost. » Le givre descendit de l’arbre et posa à nouveau la question à la fille. Et de nouveau la fille répondit gentiment.

Puis le Givre jaillit de l’arbre et atterrit sur le sol en face de Natasha. Il était magnifique à regarder, il avait une belle cape pleine de flocons de neige et un sceptre fait de glace. Il regarda la jeune fille presque gelée et la toucha doucement avec son sceptre. Aussitôt, Natasha se réchauffa. Ses vêtements se transformèrent en les plus beaux vêtements qu’elle ait jamais vus. Et son petit sac à main avec ses affaires, se transformèrent en pierres précieuses les plus brillantes. Le Givre fixa Natasha avec satisfaction et disparut.

Le père de Natasha n’en croyait pas ses yeux. Quand il vit sa fille assise en sécurité et au sud sous le pin le lendemain matin. Les pierres précieuses brillantes et les beaux vêtements étaient aussi une bonne surprise. Il ramena sa fille à la maison et pensa que sa femme allait regretter sa décision. Mais au lieu de cela, elle est devenue encore plus jalouse ! Elle a décidé d’envoyer ses filles à l’arbre de pin aussi.

Mais ses filles n’étaient pas aussi douces et gentilles que Natasha. Quand le Père Frost vint les voir, elles étaient méchantes. Il ne les gratifia donc pas de pierres précieuses et de vêtements, mais les laissa là, à geler. Lorsque leur mère découvrit cela le lendemain, elle fut accablée de chagrin, mais après un certain temps, elle réalisa que c’était sa leçon pour avoir été cruelle et avide.

Après cela, la vie de Natasha devint bien meilleure. Elle rencontra un homme gentil, qu’elle allait épouser. Et ils vécurent heureux jusqu’à la fin de leurs jours.

Écoutez l’histoire Père Frost