Les quatre frères habiles

Il était une fois un pauvre homme qui avait quatre fils. Quand ils grandirent, il leur dit : “Chers enfants, je veux que vous alliez voir le monde, car je n’ai rien à vous donner. Apprenez un métier et trouvez une place dans le monde”. Les quatre frères ont préparé un sac, dit au revoir à leur père et sont partis. Ils arrivèrent bientôt à un carrefour à quatre directions. Nous allons nous séparer ici, dit le frère aîné. Mais aujourd’hui, dans quatre ans, nous nous retrouverons ici et, en attendant, nous tenterons tous notre chance à notre manière.

Tous les quatre ont suivi leur propre chemin et le plus âgé a rencontré un homme qui lui a demandé quel était son projet et où il allait. Il répondit : “Je veux apprendre un métier”. L’homme lui dit : “Viens avec moi et deviens voleur”. Non, dit le frère aîné. De nos jours, ce n’est pas un bon métier et ça se termine toujours de façon tragique, par une pendaison au gibet. O, dit l’homme, tu n’as pas à t’inquiéter pour ça. Je t’apprendrai seulement à obtenir des choses que personne d’autre ne peut obtenir et personne ne le saura”. Le jeune homme se laissa convaincre et, avec l’aide de son professeur, devint un méchant voleur. Si habile que rien n’était à l’abri de ses mains rapides.

Le second frère a rencontré un homme qui lui a posé la même question, à savoir ce qu’il voulait apprendre. Il répondit : “Je ne sais pas encore”. Alors viens avec moi et deviens un astronome. Il n’y a rien de mieux, rien ne nous est caché. Il en fut heureux et devint un si bon observateur d’étoiles que son maître lui dit qu’il n’avait plus rien à lui apprendre et qu’il devait poursuivre sa route. Il lui donna un verre comme cadeau d’adieu et lui dit : “A travers ce verre, tu pourras voir ce qui se passe sur la terre et dans les cieux. Rien ne te sera caché.

Le troisième frère a rencontré un chasseur, qui l’a pris avec lui, lui a enseigné et en a fait un habile chasseur. Lorsqu’ils se sont dit au revoir, son maître lui a donné un fusil et lui a dit : “Ce fusil ne se bloquera jamais et tu toucheras toujours ce que tu veux avec”.

Le quatrième et plus jeune frère a également rencontré un homme qui lui a demandé quels étaient ses projets. Peut-être devrais-tu devenir tailleur ? Non, répondit-il. Je n’aime pas m’asseoir, courbé, jour et nuit, et utiliser une aiguille et du fil”. Avec moi, tu apprendras un tout autre type d’art de la coupe”, lui répond l’homme. Le plus jeune frère se laissa aussi convaincre et apprit le métier. Quand ils se sont dit au revoir, son maître lui a donné une aiguille et lui a dit : “Avec cette aiguille, tu peux semer ensemble tout ce que tu veux. Même si c’est aussi faible qu’un œuf ou aussi dur que de l’acier. Et si bien que personne ne remarquera le fil.

Après quatre ans, les frères se sont retrouvés au croisement. Ils retournèrent chez leur père. Ils lui racontèrent toutes leurs aventures, et leur père dit : “Je vais tester tes capacités”. Il leva les yeux et dit à son deuxième fils : “En haut de l’arbre, il y a un nid de moineaux. Dis-moi combien d’œufs il y a dedans”. L’observateur prit son verre, leva les yeux et dit : “Il y a cinq œufs dans le nid”. Alors le père dit à son fils aîné : “Prends les œufs du nid, sans que l’oiseau s’en aperçoive. L’habile voleur grimpa dans l’arbre et prit les cinq œufs sans que l’oiseau ne s’en aperçoive. Le père prit les œufs, les étala sur la table et dit au chasseur : “Tire sur tous les œufs, d’un seul coup, en deux. Le chasseur prit son fusil et fit ce que son père lui demandait. Maintenant, c’est ton tour, dit le père au quatrième fils. Tu dois semer les œufs et les petits oiseaux qu’ils contiennent ensemble, comme si rien ne s’était passé. Le coupeur prit son aiguille et le fit avec plaisir. Quand il eut terminé, le voleur remit les œufs dans le nid.

  • Save

Oui, dit le père à ses fils. Vous avez appris des choses précieuses et bien utilisé votre temps. Je ne sais pas qui a fait le meilleur travail. J’espère que vous pourrez bientôt montrer vos capacités au monde entier.

Peu de temps après, une énorme agitation a éclaté dans le pays, car la princesse a été enlevée par un dragon. Le roi en fut profondément affligé et annonça que celui qui la sauverait l’épouserait. Les quatre frères se sont dit : “C’est l’occasion idéale de montrer à tous ce que nous pouvons faire”, et ils ont décidé de sauver la princesse.

“Où elle est, je le saurai bientôt”, dit l’observateur des étoiles. Il regarda à travers son verre et dit : “Je la vois. Elle est loin, très loin, sur un rocher au milieu de la mer et le dragon la garde. Ils sont allés voir le roi et ont demandé un bateau. Quand ils arrivèrent au rocher, la princesse était assise et le dragon dormait sur ses genoux. Le chasseur dit : “J’ai peur de tirer sur lui, car je pourrais toucher la princesse”. Alors je vais essayer”, dit le voleur et il la vola juste sous le dragon. Il le fit si discrètement et si habilement que le dragon ne remarqua rien et continua à ronfler. Ils s’enfuirent rapidement vers la mer. Mais le dragon s’était réveillé et, furieux, il les poursuivit.

Lorsque le dragon a volé juste au-dessus du navire et a commencé à attaquer, le chasseur lui a tiré une balle en plein cœur et le dragon a commencé à s’écraser dans la mer. Mais la bête était si grosse que tout le navire s’est brisé dans la chute, les frères ont tout juste pu s’accrocher à quelques planches flottantes… Le coupeur prit son aiguille, ramassa les morceaux du bateau et les recousit. Le navire était à nouveau entier et ils ont pu rentrer chez eux en toute sécurité.

  • Save

Le roi était ravi du retour de sa fille et dit : “L’un de vous épousera ma fille, mais qui, vous devez décider vous-mêmes”. Les frères se sont disputés. L’astronome dit : “Si je n’avais pas vu la princesse, tous vos talents n’auraient pas été nécessaires. Elle m’appartient donc. Le voleur dit : “Ça n’aurait servi à rien, si je ne l’avais pas volée au dragon. Elle est donc à moi. Le chasseur dit : “Vous seriez tous morts, si je n’avais pas tiré sur le dragon. Alors elle est à moi. Le cotre dit : “Vous vous seriez tous noyés si je n’avais pas soudé le bateau. Donc il m’appartient.”

  • Save

Le roi l’a appris et a dit : “Vous êtes très bien. Mais ma fille ne peut épouser qu’un seul d’entre vous, alors elle n’épousera aucun d’entre vous. Mais je vous donnerai à tous un grand terrain en guise de récompense”. Les quatre frères répondirent : “C’est une excellente solution, meilleure que de se battre.

Les frères ont obtenu leur morceau de terre et, avec leur père, ils ont vécu heureux pour toujours.

5 / 5. 1

  • Save