La reine des abeilles

Il était une fois deux princes qui partaient à l’aventure. En chemin, ils furent si dissolus qu’ils ne rentrèrent même pas chez eux. Le plus jeune, Simplet, partit à la recherche de ses frères. Quand il les trouva, ils se moquèrent de lui, disant qu’il était sûrement trop stupide pour trouver le bon chemin.

Mais ils continuèrent quand même ensemble et arrivèrent à une fourmilière. Les deux frères aînés voulaient casser la fourmilière et se moquer ensuite des fourmis effrayées. Simplet leur dit : « Laissez-les tranquilles, je ne supporte pas qu’on les dérange. »

Comme ils continuaient, ils arrivèrent à un lac plein de canards. Les deux grands frères voulaient attraper les canards et les faire rôtir. Simplet dit : « Laissez les canards tranquilles, je ne tolérerai pas que vous les tuiez ».

Enfin, ils arrivèrent à un nid d’abeilles, rempli de miel. Les deux grands frères voulaient étouffer les abeilles avec du feu. Ainsi, ils pourraient manger le miel eux-mêmes. Simplet dit : « Laissez-les tranquilles, je ne vous permettrai pas de les brûler ».

Les trois frères arrivèrent alors à un château. Il y avait des chevaux de pierre dans les écuries. Il n’y avait personne d’autre. Ils cherchèrent dans toutes les salles. Finalement, ils arrivèrent à une porte avec de lourds cadenas et une trappe par laquelle on pouvait regarder.

A l’intérieur, ils virent un vieil homme. Ils l’appelèrent mais il ne les entendit pas. Lorsqu’ils appelèrent pour la troisième fois, il se leva et sortit. Il ne dit pas un mot mais les conduisit à une table joliment dressée. Quand ils eurent mangé et bu, il leur montra où se trouvaient leurs chambres.

Le lendemain matin, il réveilla l’aîné et l’emmena devant une grande pierre avec trois tâches à accomplir pour délivrer le château.

La première tâche était de trouver les mille perles de la princesse. Elles étaient cachées dans toute la forêt. S’il en manquait une seule avant le coucher du soleil, celui qui les avait cherchées deviendrait lui-même une pierre. L’aîné chercha toute la journée mais n’en trouva qu’une centaine au coucher du soleil. Et… il se changea en pierre.

Le jour suivant, le deuxième frère essaya de nouveau. Il en trouva deux cents mais ce n’était pas assez non plus et… il devint lui aussi une pierre.

Puis ce fut le tour de Simplet. C’était si difficile de trouver les perles dans la forêt. Il s’assit sur une grosse pierre et pleura de grosses larmes de découragement. Comme il était assis là, la reine des fourmis passa avec cinq mille fourmis. Les petits animaux se mirent rapidement au travail pour lui et trouvèrent toutes les perles. Elles étaient heureuses de l’aider car il avait sauvé leur fourmilière.

La deuxième tâche était d’aller chercher la clé de la chambre de la princesse dans le lac. Au lac, les canards nagèrent jusqu’à lui et récupérèrent la clé dans les profondeurs. Ils étaient heureux de faire quelque chose en retour, car après tout, Simpleton leur avait sauvé la vie.

La troisième tâche était la plus difficile. Il fallait choisir la princesse la plus jeune et la plus douce parmi trois princesses endormies. Elles se ressemblaient toutes. La seule différence était qu’elles avaient toutes mangé une friandise différente avant de s’endormir. La plus âgée avait mangé un peu de sucre, celle du milieu du sirop et la plus jeune du miel.

La reine des abeilles vint. Elle aussi était heureuse d’aider Simplet. Après tout, il avait sauvé la ruche du feu. Elle goûta les lèvres des trois princesses et resta sur la bouche de la princesse qui avait mangé du miel. C’est ainsi que le Prince a reconnu la vraie !

Le sort fut rompu Tout le monde fut libéré de son sommeil et ceux qui avaient été changés en pierre redevinrent vivants. Et Simplet épousa la plus jeune et la plus douce des princesses et devint même le roi après la mort de son père. Et ses frères… ils épousèrent les sœurs les plus âgées !

0Shares
0 replies on “La reine des abeilles”